ApplyProof : Comprendre l'identité numérique

Ceci est le deuxième bloge des notre série sur l'identité numérique et l'éducation internationale. Pour lire le premier article de la série, veuillez cliquer ici.

En tant que membres du Conseil canadien des identités numériques et de l'authentification (CCNIA), ApplyProof participe à des discussions avec ses homologues du gouvernement, de l'industrie, du secteur bancaire, de la technologie, des établissements d'enseignement et d'autres organisations. Nous voulons nous assurer que toutes les parties prenantes de l'écosystème de l'identité numérique comprennent l'importance et les avantages de l'éducation internationale.

"ApplyProof est un membre estimé du Conseil des identités et des authentifications numériques du Canada (DIACC). En tant que membre participant actif, il joue un rôle de premier plan dans le façonnement de l'avenir de l'économie numérique du Canada. Le DIACC s'engage à débloquer des opportunités économiques pour les personnes et les entreprises canadiennes en fournissant des cadres pour développer un écosystème d'identification et d'authentification numérique robuste, sécurisé, évolutif et respectueux de la vie privée."

- Joni Brennan, Président, DIACC

Pour contribuer à cet effort, nous abordons dans cette série de blogs les aspects de l'identité numérique et de la vérification des documents du point de vue d'un éducateur international. Dans le dernier article de cette série, j'ai présenté l'identité numérique et ses liens avec l'éducation internationale. Dans l'article d'aujourd'hui, je détaillerai les termes essentiels de l'identité numérique, la manière de comprendre l'identité numérique et les tensions entre vie privée et confiance.

Quelques termes clés

Avant de nous plonger dans l'importance de l'identité numérique pour les étudiants internationaux, il est utile de définir certains paramètres clés des discussions sur l'identité numérique. Plus précisément, les termes "Identité", "Identification" et "Authentification" sont fondamentaux pour encadrer les conversations sur l'identité numérique Selon la DIACC :

  • L'identité est définie par l'Organisation internationale de normalisation (ISO) comme un "ensemble d'attributs liés à une entité". Lorsque des informations utilisées par des systèmes informatiques peuvent être utilisées pour représenter une personne ou une organisation, il s'agit d'une identité numérique.
  • L'identification est le processus qui consiste à relier des attributs d'identité à un être humain ou à une organisation. La production d'un mot de passe et d'un identifiant de connexion pour accéder à un site web est un exemple d'identification.
  • L'authentification est le processus ou l'action de prouver ou de démontrer que quelque chose est vrai, authentique ou valide. Fournir des réponses aux questions de sécurité lorsque vous oubliez votre mot de passe sur un site web particulier est un exemple d'authentification de votre identité.

Même si les étudiants étrangers ne sont pas forcément familiers avec ces termes, ils font probablement partie de l'expérience d'un étudiant.

Les étudiants internationaux et l'identité numérique

Un étudiant international acquiert une identité numérique lorsque ses données sont collectées, interconnectées et reliées à lui personnellement. Par exemple, lorsque divers documents relatifs à un étudiant sont collectés pour son admission, ces documents peuvent être rassemblés numériquement sous un seul identifiant ou nom d'étudiant et cela peut devenir un aspect de l'identité numérique de cet étudiant. L'identification consiste à s'assurer que ces documents appartiennent bien à l'étudiant en question. L'authentification peut consister à démontrer la validité de certains documents.

L'un des défis de l'identité numérique consiste à relier ces éléments entre eux et à faire le lien entre ces documents numériques ou matériels et une personne individuelle. À quel moment faisons-nous réellement correspondre les documents à une personne ? La plupart des bureaux internationaux ne disposent pas de scanners biométriques ou d'outils de comparaison. À la place, nous devons nous fier à nos sens innés (et faillibles) pour faire correspondre une photo de passeport au visage de l'étudiant. Ce processus très humain est au cœur de l'établissement d'une relation entre les étudiants et le personnel de l'école, mais il peut également constituer un autre maillon faible dans la chaîne d'identité et d'identification.

Pour répondre à ces préoccupations, de nombreux établissements d'enseignement s'appuient sur des solutions d'identification numérique sophistiquées. Par exemple, nous pouvons utiliser les cartes d'identité du campus pour accorder l'accès à des bâtiments particuliers, comme carte de paiement pour les transactions sur le campus ou même hors du campus. Mais ces systèmes peuvent ne pas tenir compte des problèmes fondamentaux de l'identité numérique. Sommes-nous sûrs que la carte d'identité du campus a été délivrée sur une base d'identité solide ?

Comment identifier les étudiants ?

En fin de compte, il convient de se demander combien d'étudiants étrangers sont confrontés à de multiples micro-agressions parce que leur identité est suspecte du fait de l'absence d'une identification familière ? Bien que de nombreux établissements soient sensibles à ce problème et aient mis en place des solutions de rechange pour faire face aux défis culturels liés à l'identité (comme l'identification unique de plusieurs étudiants de la même cohorte ayant des noms identiques), les étudiants "étrangers" sont trop souvent relégués dans une catégorie suspecte. Le manque de confiance dans la documentation numérique peut même renforcer cette suspicion.

Bien que nous considérions nos systèmes d'identité comme acquis, il est important que nous examinions pourquoi et comment ils fonctionnent, et quel est leur impact sur l'expérience des étudiants. Le fondement de l'identité a-t-il pris en compte les données biométriques de l'étudiant international, son passeport ou d'autres documents numériques ou papier qui lui fourniraient une identité unique et significative en dehors du contexte du campus ? Les processus de vérification de l'identité sur lesquels les écoles s'appuient supposent-ils une uniformité culturelle et prennent-ils en compte les frontières bureaucratiques et systémiques que les étudiants internationaux traversent ? Les étudiants nationaux peuvent se fier à leur numéro d'immatriculation délivré par le gouvernement (NISO en Ontario) et peut-être à leur permis de conduire délivré par la province pour établir leur identité, mais quelles hypothèses sont faites sur les documents qu'un étudiant international est en mesure de présenter ?

Illustration du bouclier ApplyProof

Identification et confidentialité

Pour un étudiant international, les défis liés au franchissement des frontières internationales et culturelles peuvent entraîner de fréquents problèmes d'identité, d'identification et d'authentification. Cela signifie que les étudiants internationaux, peut-être plus que d'autres, bénéficieraient d'un écosystème numérique solide qui pourrait accepter et vérifier leur identité, que ce soit en personne ou virtuellement.

Mais le revers de la médaille de l'identité est, bien sûr, la vie privée. Les étudiants étrangers ont besoin d'une plus grande efficacité numérique pour vérifier les documents d'identité, et la priorité est de rendre ces connexions simples et directes. D'un autre côté, pour ceux qui jouissent du privilège d'avoir confiance en leur identité, les préoccupations en matière de vie privée peuvent être perçues comme le plus grand défi et la plus grande priorité. De même, la priorité accordée par les étudiants étrangers à l'efficacité peut les rendre plus vulnérables.

Lois sur la protection de la vie privée

Comme je l'ai dit dans mon précédent article, pour un étudiant étranger, répondre "non" à une demande de preuve d'identité de la part d'une autorité peut être une réalité à laquelle il ne pense même pas. Rester anonyme n'est peut-être pas une option viable. Les questions de vie privée peuvent être primordiales dans les discussions sur l'identité numérique. Mais la prise en compte de la vie privée dans l'identité, l'identification et l'authentification est inhérente à l'écosystème numérique.

Les lois et politiques canadiennes en matière de vie privée, de données et d'économie numérique évoluent. La mise en œuvre du GDPR, et sa portée au-delà des frontières de l'Europe, est un facteur de motivation. Mais les défis auxquels sont confrontés les étudiants internationaux, les réfugiés, les résidents permanents et les immigrants lorsqu'ils cherchent à apprendre ou à travailler au Canada le sont tout autant.

ApplyProof, identité numérique et vie privée

ApplyProof se concentre sur la vérification efficace des documents et des informations exigés des étudiants pour les demandes de permis d'études canadiens. Nous pensons qu'en augmentant la confiance dans les documents des étudiants et en améliorant l'efficacité de l'authentification, nous contribuerons à réduire les obstacles auxquels se heurtent les étudiants sur la voie des études au Canada.

En participant à DIACC, et en examinant tous les aspects de l'identité numérique qui ont un impact sur les institutions canadiennes, nous permettons aux étudiants de réaliser leurs rêves d'études à l'étranger. Nous sommes attentifs aux circonstances matérielles des personnes réelles, y compris les étudiants étrangers, dont les identités font le saut réel et culturel au-delà des frontières internationales, même si nous analysons et mettons en œuvre de nouvelles limites et de nouveaux paramètres en matière de confidentialité et d'identité.

La charte numérique du Canada

J'espère que cette introduction à l'identité numérique vous a donné la confiance nécessaire pour approfondir vos recherches et engager des discussions avec vos collègues sur la manière dont nous pouvons tous soutenir les étudiants internationaux dans l'économie numérique. Le mois prochain, la directrice d'ApplyProof, Iman Hassani, examinera de plus près la Charte numérique du Canada et soulignera l'importance de l'interopérabilité des solutions d'identité numérique dans le secteur de l'éducation. Restez à l'écoute !


A. Michael Allcott, PhD - Directeur des partenariats

Avec plus de trois décennies de rôles de direction dans le domaine de l'éducation internationale dans des collèges et universités américains et canadiens, le Dr Mike Allcott est connu pour ses stratégies innovantes de gestion des inscriptions. Tout au long de sa carrière, il a été reconnu pour ses réponses créatives et efficaces à l'écosystème de l'internationalisation qui évolue rapidement. En tant que directeur des partenariats pour ApplyProof, Dr. Mike développe des partenariats permettant des solutions technologiques pour les étudiants, les institutions et les acteurs de l'éducation à travers le Canada.